Une bataille pour la standardisation qui rend le marché très compétitif – Focus produit

Selon l’IDC (International Data Corporation), les 5 prochaines années confirmeront l’élan pris par le marché de la domotique en termes d’innovation et de volume de ventes. Le marché doublerait d’ici cinq ans pour dénombrer, en 2022, 1,3 milliard d’équipements domotiques livrés à travers le monde. Une croissance révélatrice et une opportunité de marché à saisir par les entreprises du secteur. Dans un premier temps, afin d’exposer les acteurs concernés et le cadre de cette étude, nous souhaitons vous présenter dans cet article un panorama du marché. Quels objets et organisations prennent part dans le marché de l’IoT domestique ?

Image à la une : une interface domotique présentée sur une tablette (Le blog MaterielElectrique.com)

Selon la définition que nous donnions précédemment la domotique est l’ensemble de tous ces objets connectés (conscients les uns des autres grâce au réseau, donc capables d’échanger entre eux) appliqués au cas spécifique des usages domotiques, qu’ils servent à la gestion de l’énergie, au divertissement ou encore à la sécurité et au confort des occupants. Le marché est donc segmenté selon quatre applications différentes.

  • Divertissement : comprend tous les objets connectés qui traitent et impactent l’utilisation des outils audiovisuels chez soi, tels que, les télévisions connectées, les casques de réalité augmentée, casques connectés, enceintes connectées.  Mais quelles fonctions supplémentaires pour une TV connectée par exemple ? La vidéo suivante répondra à cette question.
  • Confort : regroupe toute l’application domotique des outils permettant de faciliter la vie du consommateur, de lui permettre de réaliser une tâche beaucoup plus simplement. Exemple : fermeture des volets, la commande vocale pour des actions quotidiennes telles que l’éclairage, verrouillage des portes, programmation des objets du quotidien comme la machine à café, ouverture des rideaux, tondeuse à gazon… La domotique peut également révolutionner des aspects de notre vie quotidienne par un traitement intelligent de nos données. Dernièrement nous découvrions, au CES de Las Vegas, le lit connecté pour un sommeil sur mesure. Ce lit permet par exemple de capter les rythmes cardiaques, la respiration pendant le sommeil et ainsi fournir au consommateur des données et conseils sur son sommeil. Il permet également de réguler la température et l’inclinaison d’un côté ou de l’autre du lit pour un sommeil adapté à chacun.

  • Sécurité : comme les outils classiques de sécurité ils permettent de protéger le propriétaire d’éventuelles infractions, intempéries ou autres accidents domestiques (fuites, incendies, inondations…). La différence étant que le consommateur est informé en temps réel avec un niveau de détails très précis grâce à des capteurs capables d’enregistrer et traiter un très grand nombre d’ondes, vibrations, mouvements, odeurs… Il peut également contrôler à distance et programmer à l’avance certaines fonctionnalités telles que les simulateurs de présence (ampoules connectées permettant de simuler de la vie pour les départs en vacances notamment). L’application de l’IoT domotique à la sécurité est la catégorie phare pour les consommateurs.
  • Gestion des énergies : les économies d’énergie sont aussi considérées en domotique afin de répondre à une demande de plus en plus forte du consommateur. La solution pour les économies d’énergie est de minimiser le gaspillage. Il s’agit en fait de supprimer une énergie dépensée alors qu’elle n’est pas utilisée. Pour y parvenir les entreprises mettent en place des systèmes connectés qui détectent les lieux qui nécessitent d’être chauffés, éclairés en fonction de l’heure de la journée et de notre présence dans la maison. Ces systèmes permettent également de gérer le rechargement de nos appareils pendant les heures creuses de nos fournisseurs d’énergie afin de bénéficier du meilleur tarif; un tarif réduit si on veut. En moyenne ces systèmes connectés permettent une réduction de 15% de notre facture énergétique. Le principe est le même pour réduire sa consommation d’eau. 

Comme nous le disions et comme le montre le tableau ci-dessous la Sécurité et l’Energie sont les applications qui concentrent le plus de parts de marché puisqu’elles représentent 23% du marché mondial de l’IoT domestique en 2018. 

Les possibilités sont nombreuses dans le secteur de la domotique et les fabricants ne cessent de remettre en question nos objets classiques du quotidien. Vous trouverez ci-dessous un tableau (imaginé par IDATE) représentant des exemples de ces applications de l’IoT à la domotique. 

Si la domotique facilite et améliore le confort des consommateurs elle devient également un système complexe à l’utilisation de par la diversité des outils proposés. De ce fait les fournisseurs IoT ont pensé à un système centralisé appelé smart home hub (pont de la maison intelligente en français). Les smart home hub centralisent et traduisent les communications provenant de divers protocoles intelligents présents dans nos maisons. Le smart home hub simplifie l’utilisation des objets connectés permettant à l’utilisateur de ne disposer que d’une seule application pour l’ensemble de son réseau. Certains appareils sont déjà dotés de hub mais ces systèmes ne sont pas toujours compatibles avec les autres objets du réseau, empêchant ainsi la communication entre les appareils. Par exemple, grâce au smart home hub si un détecteur de fumée détecte un incendie, il sera en mesure de transmettre l’information aux serrures intelligentes de déverrouiller la porte rapidement pour faciliter la sortie des habitants ou l’accès aux urgences. 

Tous les produits que nous venons de décrire ont déjà pénétré le marché depuis une petite dizaine d’années et la croissance est exponentielle. Après l’Amérique du Nord, l’Europe est le plus gros consommateur d’IoT domotique. Le tableau ci-après présente les revenus en Europe du marché de la domotique par applications en millions de dollars (US) de 2017 à 2025. Les prévisions ont été adaptées à l’impact du Covid-19 sur les ventes. 

Revenus du marché de la Domotique, par application, entre 2017 et 2025 en Europe

L’Europe contracte 20% des revenus mondiaux de la domotique. Les fonctionnalités de Sécurité et de confort sont les plus recherchées par les consommateurs Européens. Selon ce graphique et une étude chiffrée Statista à ce sujet, le premier achat domotique pour un foyer est lié à la sécurité, c’est d’ailleurs le segment pour lequel on prévoit la plus grosse croissance d’ici 2022. La technologie jouant un rôle majeur dans l’amélioration des capacités de sécurité et de surveillance, elle offre des solutions de plus en plus techniques, telles que les alarmes, les systèmes de contrôle d’accès et de vidéosurveillance. Selon cette étude, les revenus du segment Sécurité dans le monde devraient s’élever à 35 263,7 millions de dollars américains en 2024. Les revenus évoluent peu entre 2019-2020 à cause du covid-19. En effet selon l’étude menée par Omdia le Covid-19 réduirait les revenus du marché de la maison intelligente pour 2020 de près de 20% par rapport aux prévisions faites avant la pandémie. Malgré tout chaque segment de la domotique et en hausse depuis 2017. 

Nous avons décrit dans cet article les principales applications de l’IoT à la domotique et compris quelles étaient les plus favorables au marché. Penchons-nous dans l’article suivant à la compétition qui existe entre les fabricants.

Bibliographie

Découvrez les fonctionnalités des Smart TV Samsung 2019 – Cobra.fr. (2019). [Fichier vidéo]. Consulté sur :  https://www.youtube.com/watch?v=hY6Pet7ZQVI

Un matelas connecté pour mieux dormir – CES 2016. (2016). [Fichier vidéo]. Consulté sur : https://www.youtube.com/watch?v=1-YXaqOz0cU

Le marché mondial de la maison connectée doublera-t-il d’ici 2022 ? (2019, novembre 19). Consulté sur : https://selectra.info/domotique/actualites/acteurs/marche-maison-connectee-2022

SMART HOMES MARKET – GROWTH, TRENDS, AND FORECAST (2020 – 2025). (2019). Consulté sur : https://www.mordorintelligence.com/industry-reports/global-smart-homes-market-industry

[Image]. (2020). Domotique : une révolution domestique au service de tous. Consulté sur : https://blog.materielelectrique.com/wp-content/uploads/2016/08/domotique-habitat-1248×703.jpg

[Interview] Avec Karim, Directeur comptes clés chez Huawei

Une bataille pour la standardisation qui rend le marché très compétitif – Focus organisation

L’écosystème du marché de la maison connectée est varié et se caractérise par la présence d’une multitude d’acteurs provenant d’horizons différents. Certains acteurs historiques de la maison comme SFR, Orange (pour la France) ou encore LG, Samsung (pour l’Asie), General Electrics, Google (US) ont diversifié et adapté leurs activités à la demande croissante du marché des smart homes. Ils ont notamment fait évoluer leurs produits phares tels que les télévisions, interrupteurs, alarmes vers des systèmes interconnectés. Samsung par exemple, est devenu un acteur compétitif depuis l’acquisition d’une start-up appelé Smart Things en 2004. Le fournisseur sud-coréen inclus notamment dans sa gamme de produits un hub afin de connecter ses produits et ceux de ses partenaires/concurrents. Philips de la même manière intègre le marché de la domotique grâce à une nouvelle gamme d’ampoules connectées Hue.

Image à la une : illustration d’un homme interagissant avec une interface tactile virtuelle (Chefdentreprise.com)

D’autres exemples d’adaptation au marché de la domotique dans le secteur des télécoms et d’internet sont explicites. Google réalise son troisième plus gros achat en 2014 avec l’acquisition de Nest, start-up spécialisée dans les thermostats intelligents. Apple s’aligne et se positionne en rachetant HomeKit, une plateforme de développement dédiée à l’IoT domestique. Les opérateurs téléphoniques quant à eux lancent des initiatives en profitant du réseau disponible dans les foyers. Il existe actuellement une diversité de protocoles de communication utilisés, résultant de la variété des acteurs de l’écosystème. Une bataille autour de la standardisation qui met en concurrence de nombreuses initiatives soutenues par des grands noms de l’industrie.

Ces pure players se voient également concurrencés par des nouvelles entreprises, de plus petites structures spécialisées dans les équipements domotiques intelligents. Elles proposent notamment des systèmes connectés pour moins de gaspillage d’énergie (ampoule, thermostats, régulateurs…) ou des équipements de sécurité comme des alarmes ou caméras de surveillance connectées. 

Voici un panorama des startups dans le monde qui ont fait leur apparition sur le marché de la maison connectée. 

L’Amérique du Nord est de loin le marché le plus dominant, sa croissance est majoritairement due au niveau d’acceptation plus élevé des nouvelles technologies par les consommateurs et à la disponibilité d’un grand nombre de dispositifs intelligents. Néanmoins, l’Asie-Pacifique reste un sérieux concurrent dans la domination de l’Amérique du Nord sur le marché mondial des maisons intelligentes. L’augmentation du revenu et du pouvoir d’achat additionné à l’engouement croissant des consommateurs pour les objets connectés ont ouvert de nouvelles portes aux acteurs de la maison intelligente dans la région Asie-Pacifique.

59,2% des parts de marché sont réparties entre les 5 leaders mondiaux de la domotique, les 40,8% restants se divisent entre une multitude de grands, moyens et petits acteurs de ce marché. (Résultats 2019)

  1. Google : 15,8% 
  2. Amazon : 15,3%
  3. Samsung : 13%
  4. LG : 9,8%
  5. Sony : 5,4%

Comptez parmi les 15 leaders mondiaux les entreprises françaises Legrand, Delta Dore, Schneider Electric et Somfy qui elles dominent le marché Français. L’offre française est très hétérogène : matériels électriques, alarmes, appareils multimédias et de petits objets connectés, mais elle reste attractive.

Le marché, du point de vue des fabricants, n’est pas encore bouché et permet de surfer sur la vague de l’innovation. Complexe mais aussi en voie de standardisation, d’évolution, soutenu financièrement mais également très surveillé ce marché offre aux entreprises un large panel d’opportunités mais aussi d’enjeux clés pour le futur. Sujet que nous détaillerons dans les articles à suivre. 

Bibliographie

Le marché mondial de la maison connectée doublera-t-il d’ici 2022 ? (2019). Consulté sur : https://selectra.info/domotique/actualites/acteurs/marche-maison-connectee-2022 

[Infographie]. (2019). 67 startups making your home smarter. Consulté sur : https://bit.ly/32T1MJB

Smart Home : un marché prometteur à long terme. (2017, mars 21). Consulté sur : https://fr.idate.org/smart-home-juin-2016/ 

TOP 10 COMPANIES IN SMART HOME MARKET Market Worth $144 Billion by 2025. (2020, mars 3). Consulté sur : https://apnews.com/1b6f8eb75803ae7d251a937d8b0ad9c4 

Statista. (2019). Smart Home – Europe | Statista Market Forecast. Consulté sur : https://www.statista.com/outlook/279/102/smart-home/europe 

SMART HOMES MARKET – GROWTH, TRENDS, AND FORECAST (2020 – 2025). (2019). Consulté sur : https://www.mordorintelligence.com/industry-reports/global-smart-homes-market-industry

[Image]. (2020). Les start-up du numérique. Consulté sur : https://img.chefdentreprise.com/Img/BREVE/2017/9/321131/Les-start-numerique-fran-aises-realisent-leur-chiffre-affaires-international-F.jpg

[Interview] Avec Karim, Directeur comptes clés chez Huawei

Un marché bourgeonnant d’opportunités et de nouvelles tendances

Même si le marché encore naissant de la maison connectée est l’un des plus prometteurs du secteur de l’IoT, il reste très hétérogène à l’échelle mondiale. Quand certaines régions comme l’Amérique du Nord sont à la recherche de confort et d’optimisation de leur foyer, d’autres pays notamment en Europe pallient les pertes d’énergie dues à l’ancienneté de leur architecture. Dans des régions plus pauvres (Afrique ou certains pays d’Asie) avec un accès à internet limité et des prix plus élevés que des objets domestiques standards, le marché de la maison intelligente reste associé à un Luxe. Pour un réel développement du marché il reste à résoudre la question de standardisation et démocratisation de l’usage ainsi que la question de prix. Aujourd’hui le marché cible surtout les foyers qui ont le plus de moyens. Voici la première opportunité de marché à saisir afin d’uniformiser le marché des smart homes

Image à la une : une interface utilisateur virtuelle (Rfid-wiot-search.com)

Dans une approche centrée sur les zones sociaux-économiques déjà favorables à ce marché ( Etats-Unis, Canada, Europe, Asie Pacifique : Japon, Chine, Singapour…), les nouvelles tendances et opportunités bourgeonnent. Ici, les constructeurs domotiques évoluent dans un secteur en plein boom, en voie de standardisation et de plus en plus abordable. Plus simplement, ce marché devient de plus en plus accessible et connu des consommateurs. Un levier donc pour diversifier l’offre et changer les tendances.

Placer l’usager au cœur du système  

Au-delà de l’innovation technique et technologique les constructeurs font face à une évolution des métiers et du service au consommateur. La structure actuelle du marché implique une interaction entre des métiers différents et complémentaires favorisant l’émergence d’une véritable offre de service. Une offre positionnant l’usager au cœur du système. Les compétences des intégrateurs (installateurs électriciens domoticiens) ne peuvent plus se réduire à une approche technique de la domotique. Aujourd’hui les systèmes tendent à être centralisés, on parle de course à l’interopérabilité, de simplifier les protocoles, multiplier les systèmes de packs ou hub, pour autant le rôle des intégrateurs n’en reste pas moins indispensable.  

A l’heure actuelle, un grand nombre de systèmes sont près programmables et peuvent être déplacés (lors de déménagement) mais les clients ne savent pas toujours paramétrer ces systèmes ou les optimiser. Les intégrateurs peuvent ainsi personnaliser le paramétrage des systèmes. Une personne âgée peut préférer une commande vocale à un bouton par exemple. Le paramétrage intègrera aussi le rythme de vie, de vacances, les horaires de travail, le nombre de personnes vivant dans le foyer, les habitudes alimentaires… Autant de données que l’intégrateur utilisera pour fournir une prestation sur mesure et un conseil précieux. L’intégrateur aura également pour mission le suivi et le service après-vente. Les entreprises qui sauront fournir un service au-delà du produit seront les leaders de demain. 

Le lien entre le logement et la ville

Nous l’avions mentionné, c’est la course à l’interopérabilité. En effet les fournisseurs proposent des solutions interconnectées et multifonctionnelles ; quand l’intégrateur pouvait passer autrefois trois heures d’installation il n’en passera plus qu’une aujourd’hui.  Des caractéristiques qui permettent d’étendre le concept aux bâtiments et surtout aux villes – les smart cities

Le marché mondial des smart cities devrait atteindre 463,9 milliards de dollars d’ici 2027, une croissance de 24,7 % entre 2020 et 2027. Cette année 124 milliards de dollars devraient être dépensés (dans le monde) pour les smart cities selon le Worldwide Smart Cities Spending Guide de l’International Data Corporation (IDC). Ce chiffre représenterait une augmentation de 18,9 % par rapport aux dépenses de 2019. Une opportunité, donc, à ne pas rater pour les constructeurs !

Le concept de smart city a pour objectif de faire converger les besoins des citoyens et leurs devoirs civiques envers les villes. Selon la définition de la CNIL une smart city permet « d’améliorer la qualité de vie des citadins en rendant la ville plus adaptative et efficace, à l’aide de nouvelles technologies qui s’appuient sur un écosystème d’objets et de services connectés ». Une smart city se fonde sur six piliers (voir ci-dessous).

Dans la smart city du futur : 

  • L’assistant vocal de notre foyer sera en mesure « d’entendre » et reconnaitre des violences conjugales ou des maltraitances infantiles et pourra traiter cette information même si cela va à l’encontre du propriétaire mais en faveur du bien publique. 
  • Chaque appel lié à un accident domestique ou à de la délinquance sera automatiquement remonté par mail, sms, notification aux proches, au voisinage et autres personnes concernées par la situation. La smart home sera capable d’agir en conséquence : verrouillage des portes, fermeture des volets…
  • Les poubelles publiques seront dotées de capteurs afin de savoir quand les vider, les panneaux publicitaires, vitrines de magasin, lampadaires (et plus encore) seront équipés de capteurs afin d’adapter l’utilisation d’énergie à la fréquence de passage. 
  • Le marketing et la communication dans la rue sera décryptée et saura s’adapter à chaque moment de la journée, fréquence de passage, profils des passants en temps réel…
  • Toutes les dépenses d’énergie seront optimisées et le gaspillage énergétique éradiqué dans les bureaux, transports, magasins, lieux publiques…

Les critères de sécurité publique et de développement durable sont les plus attractifs pour les investisseurs et les villes elles-mêmes. Selon les prévisions déjà évoquées dans l’article 1, les parts de marché lié à la sécurité (sur le marché des smart homes) devraient augmenter de 28% d’ici 2022 et celle liées à l’énergie devraient augmenter de 41% (vs croissance globale du marché 13,3%). En effet la domotique pour la transition écologique représente une nouvelle opportunité pour les constructeurs. 

L’éco domotique

Dans le futur, les maisons intelligentes seront déjà adaptées à des usages plus verts ou alors ce seront les objets domotiques qui nous permettront de transformer nos maisons classiques en maisons intelligentes de plus en plus vertes. Ce que nous appellerons l’éco domotique regroupe toute application du marché de l’IoT domestique pour une transition écologique. Beaucoup d’entreprises ont déjà saisi cette opportunité en développant notamment des thermostats connectés (Honeywell, Netatmo, EDF) ou encore des applications purement dédiées à l’environnement comme les ruches connectées (Hostabee). 

Le chemin à parcourir est encore long, les entreprises du secteur doivent aller plus loin dans leur démarche. Encore faut-il que les consommateurs soient prêts. Si certains pensent que l’éco domotique peut permettre d’évoluer vers une transition écologique à moindre coût d’autres ne souhaitent pas investir et sont réticents aux protocoles connectés (voir partie 2).

Une opportunité à saisir également pour les villes dans un objectif de réduire leur émission de Co2, leur facture énergétique et consommation d’eau notamment. Pour les fournisseurs d’éco domotiques l’enjeu serait de changer leur cible. Cibler les municipalités ou les constructeurs immobilier afin d’équiper directement les logements.  Installer des panneaux solaires sur chaque nouveau bâtiment construit et proposer un service complet permettant de revendre sa capacité énergétique à son voisin, à des magasins ou bureaux par exemple. Changer en fait d’approche pour pré équiper tous les logements, une chance à saisir dans l’éco domotique.

L’E-Santé

La santé devient elle aussi connectée et nous pouvons gérer, depuis chez nous, de plus en plus de sujets relatifs à la santé. L’E-Santé est une application du marché de la maison intelligente que les fabricants sous estiment. La santé est peu représentée voire non considérée dans le marché des smart homes et pourtant il existe une multitude d’objets et applications connectés directement intégrés au logement. 

De la même manière l’accompagnement des personnes âgées est un enjeu de développement important pour bien des individus au cœur de l’industrie de la smart home. Beaucoup de possibilités s’offrent aux fabricants du secteurs afin également d’éviter l’isolement des personnes âgées (co-housing, Kangaroo homes…)

Autant de projets qui ne profitent pas seulement aux clients finaux mais aussi aux infrastructures d’une ville, à leur système de santé. Une personne seule et isolée coûte en effet plus cher à l’État qu’une personne entourée. Même si nous sommes conscients de ces enjeux, reste aux fournisseurs à faire accepter que les smart homes du futur puissent pallier ces problématiques d’isolement et de santé. 

Bien évidemment toutes ces opportunités sont extensibles et illimitées mais à toute innovation « intelligente » se posera la question de la sécurité des données et des risques engendrés par le traitement de celles-ci. L’enjeux de sécurité et nous le verrons dans l’article suivant est majeur dans l’évolution de ce marché. 

Bibliographie

Smart Home : un marché prometteur à long terme. (2017). Consulté sur : https://fr.idate.org/smart-home-juin-2016/ 

[Interview] Smart home, futures opportunités de marché et tendances. (2019). Consulté sur : https://bit.ly/350lPJ8

SMART BUILDING ALLIANCE. (2020). CONVENTION SMART HOME : QUEL AVENIR POUR LES INTÉGRATEURS SMART BUILDING ? Consulté sur : https://www.smartbuildingsalliance.org/convention-smart-home-quel-avenir-pour-les-integrateurs-smartbuilding 

Smart city | CNIL. (2020). Consulté sur : https://www.cnil.fr/fr/definition/smart-city

[Image]. (2020). Green IoT. Consulté sur : https://www.rfid-wiot-search.com/images/stories/EM-microelectronic-augmented-rfid-powers-green-iot-solutions_full.jpg

[Interview] Avec Karim, Directeur comptes clés chez Huawei